Imprimer

Mais quand les auorités verront-elles les dangers inhérents à la taille du projet, et à la nature particulièrement fragile du karst lotois ?

Après les géologues, les hydrologues, c'est au tour des nombres de chercheurs de tirer la sonnette d'alarme.

Faudra-t-il une catastrophe sanitaire pour qu'ils prennent enfin des mesures conservatoires et de la distance par rapport à ce projet (financier) ?

Voir un article de la Vie Quercynoise qui apporte sa pierre à la contestation de ce projet.